Hommage de la SFU à Philippe JOUVIN

La Société Française des Urbanistes a la tristesse de vous faire part du décès de Philippe Jouvin, président d’Honneur de la Société Française des Urbanistes, président de notre association de 1988 à 1994. Il fut aussi l’un des principaux artisans de l’instauration de l’OPQU, le fondateur de l’Association des Professionnels de l’Urbanisme de Languedoc-Roussillon, devenue l’Association des Urbanistes d’Occitanie Méditerranée, et l’un des créateurs de l’Institut d’Urbanisme de Perpignan.
L’ensemble des administrateurs de la SFU adresse ses sincères condoléances à sa famille et à ses proches.

Le 20 avril 2018,

pour le Conseil d’administration de la SFU,

le président Bruno FERACCI

 

Philippe JOUVIN, dans l’histoire de la SFU

L’histoire de la SFU, dont la première version fut rédigée dans les années 90 par Guy-Louis Vallet, président d’honneur de la SFU, évoque  l’action de Philippe Jouvin  dans ces termes :

« Pour les Urbanistes de la SFU, au début des années 1990, sous la présidence de Philippe Jouvin, l’objet de l’Urbanisme est le suivant :

Mener une réflexion sur la vie en collectivité avec ses structures, ses formes, ses problématiques, ses évolutions.

Rechercher, dans le sens de l’intérêt public, une organisation des espaces urbains, ruraux, naturels qui soient plus aptes à améliorer les conditions de vie des populations dans les domaines sociaux, économiques et culturels. »

« […] En 1993, la SFU prend l’initiative de proposer à l’État, aux principales organisations d’Urbanistes et fédérations d’élus impliqués dans la pratique de l’Aménagement des territoires, d’élaborer un projet de développement de la profession. Les accords recueillis permettent de créer l’Association « Profession Urbaniste ». […] Les Urbanistes proposent une organisation fédérative et agissent ensemble pour proposer un organisme de qualification des Urbanistes. »

(histoire de la SFU)

SOUVENIRS

« Notre ami Philippe Jouvin nous a quitté ce 18 avril, après une longue maladie neurologique qui l’affectait lourdement.

Il aura été, sa vie durant, militant de la profession d’urbaniste, marqué par une de ses premières missions comme directeur de l’agence d’urbanisme pour l’aménagement touristique du Languedoc-Roussillon, ATLR, puis ensuite celle de la création, par le district de Montpellier, d’une agence d’urbanisme.

Promouvoir l’urbanisme et mieux faire connaître les urbanistes aura conduit son parcours socioprofessionnel, y consacrant un engagement de tous les instants, au sein de la Société Française des Urbanistes, SFU comme président, puis comme cheville ouvrière de l’Office Professionnel de qualification des Urbanistes, OPQU, de sa conception à sa mise en œuvre et à son animation, respectueuse de l’éthique des premiers jours, ou encore comme urbaniste actif et passionné au sein d’associations régionales d’urbanistes SFU PACA, SFU LR, puis l’association des urbanistes de Languedoc-Roussillon. On lui doit aussi d’avoir soutenu l’émergence de concepts issus de la SFU, toujours pertinents à ce jour, tels le « Marketing territorial » et « l’Arc méditerranéen ».

Il s’impliqua aussi dans les actions de formation à l’IAR d’Aix en Provence, puis ensuite dans celles de l’institut d’urbanisme de Perpignan, dont il souhaitait qu’il puisse apporter un enseignement tourné vers l’opérationnel. »

Pour la SFU -PACA,

Jean-Pierre GAUTRY, président d’Honneur de la SFU,

 

« Je me souviens de quelqu’un qui a donné sans compter, du travail, des sourires, de l’énergie… »

Denis Caraire, Urbaniste SFU, Vice-président de l’OPQU

Tags

top