U  R  B  A  N  I  S  M  E – définition

U  R  B  A  N  I  S  M  E – définition

Une définition :

« Ensemble des sciences, des techniques et des arts relatifs à l’organisation et à l’aménagement des espaces urbains, en vue d’assurer le bien-être de l’homme et d’améliorer les rapports sociaux en préservant l’environnement. »

Une science de l’action

Cette vaste définition donnée par  le Centre national de ressources textuelles et lexicales du CNRS (CNRTL) nous parait très juste, car elle contient tous les aspects, techniques, humains et d’organisation spatiale de l’urbanisme. L’urbanisme, comme l’indique la construction du mot, c’est la science de tout ce qui relève de la ville.

Mais qui peut maîtriser la somme de toutes ces connaissances ? Probablement personne. Les professionnels de l’urbanisme ont toujours plusieurs compétences urbaines, mais ils ne les ont jamais toutes. Plutôt que la somme des techniques, des arts et des sciences, ils en maîtrisent l’entrecroisement.  Etant donné  son étendue, l’urbanisme reste une discipline ouverte, par et vers la recherche et les techniques nouvelles, par et vers d’autres professions, par et vers la coopération et la concertation citoyennes.

Une éthique

La définition du CNRTL  assigne aussi  une finalité éthique à l’urbanisme. Car l’ur­ba­nisme n’est pas seu­le­ment un en­sem­ble de tech­ni­ques, il a une vi­sée trans­for­ma­trice, il cher­che dans son do­maine – celui de l’organisation des territoires en vue d’y accueillir et d’y permettre le développement des activités humaines – à faire le monde meilleur. A sa naissance,  il y a un peu plus de cent ans, l’urbanisme répondait aux ques­tions posées par les mé­tro­po­les con­tem­po­rai­nes. Il s’agissait « d’assurer le bien-être et d’améliorer les rapports sociaux » dans cette nouvelle géographie. Cet objectif est toujours le fondement de son action. Et l’urbanisme a élargi sa réflexion en prenant en compte d’autres pro­blé­ma­ti­ques dont celle de la préservation de l’environnement.

Pour la SFU cette di­men­sion hu­ma­niste de l’ur­banisme est es­sen­tielle, in­dis­pen­sa­ble, in­con­tour­na­ble.

Tags

top