Bruno Feracci, nouveau Président d’Honneur de la SFU

— Dominique Lancrenon et Laurent Vigneau Co-Présidents de la SFU

Bruno Feracci, architecte diplômé en 1978 de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Lille, a débuté sa carrière au sein de l’Etablissement Public d’Aménagement de la Ville Nouvelle de Lille Est.
Par la suite, il a été directeur d’une agence au sein de la Société d’Aménagement et d’Equipement du Nord en charge d’opérations de restructuration urbaine, et directeur d’études sur la faisabilité des opérations et sur le pilotage des études opérationnelles

En 1991, il fonde l’agence d’architecture et d’urbanisme URBA LINEA, dont il est associé jusqu’en 2013. De 2014 à 2019, il poursuit son activité d’enseignant en urbanisme à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Lille, en même temps que celle d’architecte/urbaniste (qualifié OPQU) en tant qu’indépendant dans « l’atelier bruno feracci »

Le 16 février 2017, il a été élu président de la Société Française des Urbanistes, dont il est aussi le délégué régional Nord-Pas de Calais/Picardie depuis 2012. Ceux qui ont côtoyé de près Bruno, en particulier durant sa présidence de la SFU de 2017 à 2019, portent pour toujours un regard plus affûté sur ceux que l’on appelle « les gens du Nord ». Difficile en effet d’embrasser les multiples facettes d’une personnalité aussi franche que bienveillante, entraînante que travailleuse, humoristique que vindicative… et c’est tout cela que Bruno mobilise en même temps, faculté parait-il assez spécifique des régions du Nord et toujours très impressionnante pour les autres.

Mais passons aux résultats. Déjà secrétaire général de la SFU sous la présidence de Jacques Vialette à qui il succède en 2017 Bruno continuera le travail le plus opiniâtre que nécessite une association: la reconstruction des outils de gestion. Budgets, adhérents, fonctionnement, statuts, site internet, accords, partenariats : au prix d’un travail considérable, Bruno a remonté et consolidé tous les socles de l’association pour en assurer la pérennité. Il s’agit d’un héritage très précieux pour une SFU solide, fière et confiante en l’avenir.

Bruno Feracci le 29 juin 2017, lors de la XIIè biennale européenne des Villes et des Urbanistes à Paris

Bruno est également très attaché au rôle de la SFU en tant que société savante. On lui doit entièrement la déclaration d’intérêt public de l’association qui en consolide fortement le sens et la légitimité – là encore au prix d’un travail sans relâche, et de l’ouverture du débat à travers le partage de ses doutes et interrogations.

Son introduction,lors de de la XIIè Biennale Européenne des Villes et des Urbanistes en Juin 2017
en témoigne :


 » J’ai quelque doute sur la pertinence du qualificatif « durable » à propos de la ville. C’est le regretté François ASCHER, Grand Prix de l’urbanisme en 2009, qui a instillé ce doute. En effet, il avait indiqué que l’essence même de la ville, c’est qu’« elle ne cesse de se fabriquer, de se transformer, de se détruire et de se refaire » et il avait ajouté « Cela n’a donc pas grand sens de dire que la ville est durable ». Il avait même évoqué la dangerosité d’une telle notion.


J’ai interrogé d’autres urbanistes sur cette question de la ville durable, et il m’a été souvent répondu que durable serait une mauvaise traduction du « sustainable » anglais, et qu’il vaudrait mieux utiliser le mot « soutenable ».
Je ne suis pas non plus convaincu par le choix de cet autre mot, mais la traduction est sans doute une piste de travail, et j’aurais tendance à proposer « supportable » plutôt que soutenable. C’est à dire que le développement urbain doit d’abord être supportable pour ceux qui habitent la ville ou qui y travaillent, comme il doit être supportable pour l’environnement, supportable aussi vis à vis du contexte économique dans lequel on le met en œuvre.

Et s’il s’agit de concevoir le développement urbain comme une transformation de la ville pouvant être acceptée par tous, il est nécessaire aussi qu’il soit l’objet d’une adhésion de la part de ceux qui vont le vivre et qui pourront ainsi le supporter non seulement de façon passive, mais aussi de manière plus active, comme les supporteurs d’un club de foot par exemple. »

Le Conseil d’Administration du 17 mars 2020 a voté à l’unanimité la nomination de Bruno Feracci en tant que Président d’Honneur de la SFU.

Bruno <feracci, lors du lancement du cycle Cornudet, le 28 mars 2018

On doit également en très grande part à Bruno le colloque CORNUDET intitulé « Quelle ambition pour l’urbanisme aujourd’hui » sis à Lyon les 8 et 9 novembre 2020. Un événement exceptionnel qui a repositionné la SFU dans son rôle d’acteur incontournable de l’urbanisme, mais au prix d’une énergie et d’un travail qui a révélé encore les incroyables capacités de Bruno.

L’ensemble des sociétaires et des partenaires de la SFU doivent beaucoup à Bruno et le Conseil d’Administration est heureux de constater la continuité de son implication dans la vie et les actions de l’association. Merci pour tout, cher Président d’Honneur!

top