Cartographie des associations

images01236

Le monde de l’urbanisme associe beaucoup d’énergies que nous allons essayer de cartographier. En attendant, voici un premier article qui décrit l’évolution des associations d’urbanistes

Richesse du réseau des associations d’urbanistes en France

Le paysage des associations françaises d’urbanistes professionnels est complexe. Outre la Société française des urbanistes et ses associations régionales, existent un Conseil français des urbanistes, qui a vocation à réunir les différentes associations, un Collectif national des jeunes urbanistes, qui a vocation à fédérer les associations d’étudiants et de diplômés des Instituts d’urbanisme, les Urbanistes des territoires, qui réunissent des professionnels de la fonction publique territoriale, dans cette même fonction publique, la branche urbanisme de l’Association des ingénieurs territoriaux français, probablement d’autres associations nationales encore et puis de nombreuses associations régionales, s’adressant parfois largement aux professionnels de l’urbanisme et pas seulement aux urbanistes.

Existent aussi l’Association pour la promotion de l’enseignement et de la recherche en aménagement et en urbanisme, qui réunit les formations en urbanisme et l’Office professionnel de qualification des urbanistes qui a vocation à délivrer la qualification d’urbaniste.

Régulièrement le ministère en charge de l’urbanisme reproche aux associations d’urbanistes leur manque de lisibilité, Il leur demande de se réunir et de parler d’une même et forte voix… laissant entendre que l’absence de reconnaissance officielle de l’urbanisme serait due à la division des associations d’urbanistes.

La SFU estime qu’il faut inverser ce diagnostic. En réalité l’ur­ba­nisme est mal re­con­nu, et c’est pourquoi les ur­ba­nis­tes se di­vi­sent. Comment pourraient-ils rester toujours réunis face un refus officiel répété de leur reconnaissance professionnelle depuis une centaine d’années ? Au contraire, dans ces conditions difficiles, la vigueur que montrent toutes ces associations prouve la permanence de l’urbanisme et la nécessité de la reconnaissance professionnelle des urbanistes.

LIRE LA SUITE

 

top