Statuts de la SFU

Société Française des Urbanistes

Préambule
« La SOCIÉTÉ FRANÇAISE DES URBANISTES (SFU) est une association loi de 1901, composée de professionnels exerçant en tant qu’urbanistes et d’autres membres, personnes physiques et personnes morales agissant dans le domaine de l’urbanisme et de l’aménagement et partageant les objectifs et les valeurs de la SFU. Les membres de la SFU se répartissent en trois collèges :

o les sociétaires, « urbanistes SFU », urbanistes qualifiés par l’OFFICE PROFESSIONNEL DE QUALIFICATION DES URBANISTES (OPQU), urbanistes professionnels, de toutes origines, de tous statuts et de tous modes d’exercice, chercheurs en urbanisme,

o les « membres associés de la SFU», professionnels, chercheurs, enseignants, personnalités associatives, autres qu’urbanistes,

o les « partenaires de la SFU », personnes morales, sociétés, bureaux d’études, associations, institutions, collectivités territoriales.

La SFU demeure fidèle à ses fondateurs, qui en créant la SFU en 1911, « société savante » issue des courants philosophiques et humanistes de la fin du XIXème siècle à partir du MUSÉE SOCIAL, ont voulu fédérer, débattre, proposer des orientations aux pouvoirs publics et, à partir de leurs différentes positions et disciplines, instituer et faire évoluer l’urbanisme et la profession d’urbaniste.

La SFU agit aux niveaux régional, national et international dans le but de promouvoir l’urbanisme et d’améliorer la connaissance de ses membres.

Institutionnellement, la SFU est l’organisation nationale française d’urbanistes du CONSEIL EUROPÉEN DES URBANISTES – ECTP-CEU – dont elle est membre fondateur – et de ce fait, adhère à la Charte fondatrice de 1985, à ses annexes relatives aux activités, formations et devoirs professionnels de l’urbaniste et à leurs actualisations.

La SFU instaure un débat permanent sur l’évolution des villes, des territoires, des populations et des activités qui les occupent. Elle formule des propositions pour tout ce qui concerne l’urbanisme et l’aménagement du territoire. Elle fait connaître par tous les moyens la spécificité de l’urbanisme et la profession d’urbaniste.

Pour la SFU, la dimension éthique de l’urbanisme est essentielle : les êtres humains sont au centre des préoccupations relatives au développement durable. Ils ont droit à une vie saine, productive et cultivée en harmonie avec la nature aussi bien dans la ville que dans les pays.

C’est pour cette raison que les urbanistes SFU, les membres associés de la SFU et les partenaires de la SFU, conformément aux statuts de la SFU et à la Charte européenne de l’urbanisme, adoptée par le CONSEIL EUROPÉEN DES URBANISTES à Barcelone en 2013, s’engagent à travers leurs travaux à faire progresser la vie de l’Homme en société dans des villes plus participatives, plus justes, plus efficaces, plus agréables et plus sures. »

LIRE LES NOUVEAUX STATUTS DE LA SFU ADOPTES EN _2017

LES STATUTS DE LA SFU EN 2011

Lire les Statuts de la SFU en 1920

ESPRIT DES STATUTS

Permanence des objectifs
Depuis l’origine (et depuis les premiers statuts en 1921) les objectifs principaux de la SFU restent les mêmes, promouvoir l’urbanisme et réfléchir en permanence à ses évolutions. Ces missions s’inscrivent maintenant dans un cadre européen, rappelé dès le préambule.

Equilibre des représentations
Les statuts adoptés en 2002 prévoient une réprésentation équilibrée et très évolutive : L’Assemblée Générale élit chaque année le Conseil d’administration de la SFU. Les statuts prévoient que des délégués soient désignés directement par les assemblées régionales et par les collèges.
Le CA vote la constitution du bureau. Statutairement le président peut être réélu pour cinq années maximum. en 2016, le règlement intérieur étend cette limite aux vice-présidents et au secrétaire général.

qualification et diplôme
En 2011, la qualifification par l’OPQU a été inscrite dans les statuts, remplaçant l’examen par la SFU de la qualité d’urbaniste. De même les deux annexes des statuts sur les missions de la profession d’urbaniste et sur les critères de reconnaissance des formations universitaires en urbanisme ont été beaucoup simplifiés, faisant maintenant référence au Conseil européen des urbanistes (ECTP-CEU), à l’OPQU (office professionnel de qualification des urbanistes), à l’APERAU (association pour l’enseignement le recherche en aménagement et urbanisme) et à AESOP (Association of European schools of Planning).

 

 

top